Présentation

Le réseau Centre de prélèvement est calqué sur le découpage administratif de la région Centre Val de Loire. Chaque établissement préleveur est doté d’une coordination des prélèvements d’organes et de tissus. On en trouve ainsi 7 dans la région ( Bourges, Blois, Chartres, Châteauroux, Dreux, Orléans et Tours).
Chaque coordination dispose d’un médecin référent et d’infirmier(e)s. Quatre réunions annuelles a minima permettent d’échanger et d’élaborer des projets commun. Le réseau est constitué en association loi 1901 et dispose depuis février 2017 d’un agrément de formation officiel par la “DIRECCTE Centre Val de Loire”. Les membres du réseau peuvent ainsi élaborer des programmes intégrés au plan de formation continue de tous  établissements de santé de la région. Le siège social est basé au CHU.

Augmenter les prélèvements pour augmenter les greffes


En l’absence d’un refus clairement exprimé, la loi de bioéthique (révisée en 2011) fait de chacun de nous, après notre mort, un donneur potentiel d’organes et de tissus; sauf pour les personnes ayant fait connaître leur opposition en s’inscrivant sur le Registre National des Refus (lequel est systématiquement interrogé en premier lieu) et/ou en ayant fait part à ses proches. Même si les inscriptions peuvent se faire sur internet depuis le 1er Janvier 2017 le taux d’inscription est faible et c’est donc le plus souvent le témoignage des proches quant à l’opposition exprimée ou présumée du défunt qui prévaut.

Rechercher l’absence d’opposition du défunt auprès de ses proches est une obligation légale et une démarche délicate qui doit être effectuée par des personnes accoutumées à affronter ces situations et formées à l’accompagnement de personnes confrontées au deuil brutal. C’est le cas des infirmier(e)s et médecins de la coordination des prélèvements d’organes et de tissus, qui peuvent être sollicités à toute heure afin de participer aux côtés des soignants aux entretiens avec les proches.

Si la coordination intervient majoritairement aux urgences et en réanimation, elle peut être sollicitée par tous les services dès qu’un patient décède, quel que soit son âge, puisqu’il est possible de prélever certains tissus (cornées, épiderme…) lorsque le cœur est arrêté.

Domaines d’expertise

La coordination hospitalière est une unité fonctionnelle médicale constituée d’infirmier(e)s et de médecins impliqués dans l’activité de soins. Elle organise et coordonne les prélèvements d’organes et de tissus au sein de l’établissement. Elle travaille en collaboration avec l’Agence de la biomédecine qui propose les organes aux services de transplantation selon les règles d’attribution en vigueur.

Missions de la coordination hospitalière des prélèvements organes et tissus

Avec le médecin en charge du donneur, l’équipe de coordination
– constitue le dossier de prélèvement qui comporte l’ensemble des documents relatifs à la prise en charge du donneur, au prélèvement et à la circulation des informations (sécurité sanitaire, traçabilité)
– contacte les proches du défunt et  les accueille dans un lieu approprié,
– concourt au recueil du témoignage des proches quant à l’opposition éventuelle du défunt au prélèvement,
– accompagne les proches dans les démarches administratives et se tient à leur disposition après le prélèvement,
– s’assure que les examens obligatoires ont été réalisés et transmis à l’Agence de la biomédecine.
– interroge le Registre National des Refus (R.N.R.).
– prépare les démarches éventuelles auprès du Tribunal de Grande Instance (mort suspecte).
– effectue les démarches administratives.
– organise le prélèvement au bloc opératoire, selon les disponibilités des intervenants externes et internes au CHU (en collaboration avec l’Agence de la biomédecine).
– est présente au bloc opératoire pendant toute la durée du prélèvement. Elle contribue à son bon déroulement, à la préparation des transports,  à la communication des informations et documents aux équipes chirurgicales de prélèvement et à l’Agence de la biomédecine.
– vérifie que seuls les prélèvements d’organes et/ou de tissus prévus sont réalisés.
– s’assure de la bonne restauration tégumentaire puis de la restitution du corps du défunt à ses proches.
– est chargée de l’archivage du dossier donneur.